TETIERE HISTOIRE LOCALE1

Histoire locale

Histoire locale

Ancienne voie romaine connue sous le nom de « Camin Roumieu », qui désignait en patois le chemin de Bordeaux vers l’Espagne emprunté à partir du XXème siècle par les pèlerins en route vers Saint Jacques de Compostelle, l’un des pèlerinages les plus célèbres de la chrétienté, à l’origine d’innombrables monuments édifiés tout au long du parcours.

Le village fut fondé autour de l’hôpital du Barp qui existait dès le XIIIème siècle. Il ne reste aucun vestige du prieuré et de l’hôpital qui reçurent tant de pèlerins.

Abandonnés au XVème siècle les bâtiments se situaient à l’emplacement de l’église paroissiale.

C’était alors une halte importante pour ceux qui allaient affronter les immenses forêts et les dangers qu’elles pouvaient cacher. Un pèlerin de Saint Jacques l’était toute sa vie. Il conservait précieusement sa « compostelle », sa coquille et son « bourdon », bâton de marche.

Extrait du livre de Jean Jacques DEOGRACIAS, Blasons des communes de la Gironde, Editions Les dossiers d’Aquitaine, http://www.ddabordeaux.com/

Dure était la traversée des Landes, pays de sable, de marécages, s’étendant sur des dizaines de lieues au sud de bordeaux. Le prieuré du Barp était pour les pèlerins un refuge où ils pouvaient se reposer, se restaurer, faire panser leurs plaies, reprendre des forces pour poursuivre leur long chemin vers cette lointaine Compostelle. Certains y moururent aussi, victimes d’épuisement, de brigands ou de maladies si courantes dans nos landes dont les marais étaient un réservoir de germes.

Le Barp était certes un pays de landes mais on y trouvait cependant quelques bois, tout au moins au XVIIIème siècle (carte de Belleyme) : bois de feuillus, essentiellement chênes tauzin, et pédonculés, le long du Lacanau.

La loi du 19 juin 1857 qui oblige les communes à assainir leurs landes et à les ensemencer en pins va métamorphoser la région et en faire la plus grande forêt d’Europe.

Sources : Jean-Jacques CLUZEAU

photo2

LE BLASON DU BARP

En 1989, la municipalité décida de doter la commune d’un blason.
Ce fut l’oeuvre de M. Lacampagne, après consultation de divers Barpais.

Le blason est partagé en 3 parties :
–  en haut à gauche, une tour gasconne et le prieuré à l’origine du village
– en haut à droite, la coquille et deux bourdons (bâtons de pèlerin) rappelant que LE BARP était une étape importante après Bordeaux sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle
– en bas à gauche, un chêne témoin de la forêt ancienne
– en bas à droite, un pin, déjà dans la forêt ancienne, mais devenu « l’arbre roi » sous le Second Empire.
– au centre en bas, une « pigne » montrant la prééminence de la forêt pour le village pendant plus de cent ans.
– enfin au centre en haut, un soleil, car nous sommes un pays du Sud.

photo3